Les économies Macron sont-elles une hausse d’impôts ?



Les annonces d’économies se succèdent, 300 millions d’euros par ci, 13 milliards d’euros par là. De l’indispensable défense nationale aux majoritairement bénévoles conseillers municipaux, tout sera réduit, c’est promis a déclaré le président de la République Emmanuel Macron au Sénat le 17 juillet 2017.

L’un de ses prédécesseurs Nicolas Sarkozy avait fait campagne sur l’idée de « travailler plus pour gagner plus » sauf qu’avec Macron, ce serait plutôt « payer plus pour avoir moins » puisqu’en dehors des promesses d’économies, on entend guère parler de baisse d’impôts.


Rappelons par exemple la hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG) notamment pour les retraités et on imagine mal en quoi payer le même montant d’impôts – voire plus d’impôts – pour avoir moins de services publics, moins de policiers, moins de soldats, mois d’hôpitaux, moins de crédits pour la recherche etc… est une bonne opération pour le citoyen Français.

Les annonces d’économie plaisent aux libéraux, nombreux, qui attendent l’indispensable « dégraissage du Mammouth » étatique depuis longtemps. Sauf que s’il s’agit au final d’avoir moins pour payer autant voire plus, c’est en fait une hausse d’impôts. En effet, qu’avez-vous gagné si vous payez 1 pour avoir 1 et que le lendemain vous payez toujours 1 mais pour avoir 0,9 ou 0,8 ?

Comme l’a dit le ministre des comptes et de l’action publiques Gérald Darmanin, « des économies auront lieu sans hausse d’impôts. » Notez bien « économies » et « sans hausse d’impôts ». Un peu comme si vous alliez chez le concessionnaire et qu’à mesure que vous retiriez des options, l’agent commercial se vantait que le prix du véhicule n’augmente pas !


Auteur : Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Une réflexion sur « Les économies Macron sont-elles une hausse d’impôts ? »

  1. Il y aura hausse d’impôts mais elle sera plus insidieuse afin qu’on puisse moins facilement dire son nom (impôts locaux, indirectes par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *