Emplois fictifs au MoDem ? Les ennuis continuent pour François Bayrou



François Bayrou en aurait-il trop dit ? Dans une interview, l’ex-ministre de la justice et Garde des sceaux a confié que “dans une période de mauvaise passe comme toutes les formations politiques en ont connues, vous cherchez à recaser un maximum de salariés, de gens de confiance.”

Cette phrase du président du MoDem n’arrange pas vraiment sa situation si on l’ajoute aux nombreux témoignages exprimés dans l’enquête sur des soupçons d’emplois fictifs présumés.

Récemment, expliquent plusieurs médias, un ancien assistant parlementaire centriste a informé la justice avoir été témoin d’un système d’emplois fictifs au sein du MoDem. Ce témoin dont l’identité reste inconnue affirme que plusieurs collaborateurs d’eurodéputés MoDem travaillaient uniquement pour le parti et non sur des travaux relatifs au Parlement européen. Par ailleurs, certains de ces mêmes eurodéputés se seraient plaints de ne pouvoir bénéficier de leurs assistants.

Lors de son audition, Matthieu Lamarre, ancien directeur de la communication du MoDem, aurait rapporté avoir été rémunéré en partie sur des fonds européens pour un temps partiel auprès d’un eurodéputé pour lequel il n’a jamais particulièrement travaillé.

Enfin, le quotidien Le Monde laisse planer l’idée de faux en documents selon le témoignage du sénateur Michel Mercier qui assure n’avoir jamais signé d’avenant de contrat de travail, en qualité de trésorier, le 1er novembre 2009 alors qu’il était en congé du MoDem.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une réflexion sur « Emplois fictifs au MoDem ? Les ennuis continuent pour François Bayrou »

  1. Il est effarant de constater que personne ne parle de l’essentiel : le départ de Sylvie Goulard, fanatique, frénétique et forcenée de l’ “Europe”, au point de vouloir abandonner la force de frappe et le veto de la France au Conseil de Sécurité de l’ONU à l’Allemagne. Il est à souhaiter que le nouveau gouvernement se casse les dents sur son projet de casse sociale, et ne puisse pas mener à bien cet acte de forfaiture. Il y a beaucoup d’autres choses à faire pour le bien commun. Enfin, un peu de lucidité sur la politique étrangère, notamment en Syrie, est de bon augure…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *