Le maintien de Richard Ferrand au gouvernement semble bien audacieux



L’affaire Richard Ferrand vit un énième rebondissement. Le Canard Enchainé accuse le député socialiste Richard Ferrand d’avoir participé activement à des décisions parlementaires en faveur des mutuelles. Comme l’indique l’historique de son activité de député, il aurait travaillé dès 2012, durant au moins vingt jours sur un projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 (1).

Si certaines interventions ne sont pas mentionnées dans ce même historique, Le Politique vous invite à lire le passage relatif à l’amendement AS1682 de l’article 51 (2) portant sur les mutuelles. Richard Ferrand fut l’un des rapporteurs de ce projet de loi relatif à la santé. Aussi, les autres compte-rendus de réunion, comme le n°18 du 21 novembre 2012, sont disponibles en ligne.

Toujours selon le Canard Enchaîné, Richard Ferrand serait rémunéré comme chargé de mission par les Mutuelles de Bretagne depuis 2012, année de son élection à l’Assemblée nationale. Toujours soutenu par le gouvernement d’Edouard Philippe et par le président Emmanuel Macron, le maintien de Richard Ferrand au poste de ministre semble de plus en plus difficile.

(1) Compte-rendu du Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 (21 novembre 2012).

(2) Amendement AS1682 de l’article 51 portant sur les mutuelles.

ferrand-as1682

Vous aimerez:

Aux Mutuelles de Bretagne perquisitionnées, l’affaire Ferrand se corse

L’affaire Richard Ferrand pose de vraies questions juridiques et logiques

Au vu des nouveaux éléments, Richard Ferrand ne pourrait que démissionner

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.