Quand c’est Fillon, c’est mal, quand c’est Ferrand, c’est bien ?



Sans juger aucunement de la culpabilité de François Fillon comme de Richard Ferrand, évidence est de constater combien le traitement médiatique, judiciaire et politique est différent. François Fillon a été vilipendé et sa présomption d’innocence a été totalement occultée pendant toute la campagne présidentielle, tandis que Richard Ferrand est défendu par de nombreux médias et bénéficie même d’une défense – et d’éléments de langage – définis au plus haut niveau de l’Etat : à savoir dans le bureau même d’Emmanuel Macron au palais de l’Elysée. Par conséquent, est-il sain que deux poids deux mesures animent la vie politique française ?

Vous aimerez aussi :

Impitoyable avec François Fillon mais clément avec Richard Ferrand

Ecartée par le PNF, l’affaire Richard Ferrand pose de vraies questions

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.