Pourquoi Marianne et d’autres médias se liguent-ils contre Le Politique ?



Dans un article (1) portant sur la « rumeur » (ou « fake news ») (2) démentie par En Marche (EM) d’une taxe sur un loyer dit « fictif » ou « implicite », Marianne a incriminé Le Politique comme étant à l’origine de ladite rumeur. En vérité, Le Politique n’a jamais relayé une rumeur mais fonde ses articles sur un raisonnement logique et sur des données concordantes.

Sur la base d’un unique article sur des milliers publiés par Le Politique depuis septembre 2014 et à l’instar de leur confrères de Le Monde, Libération, etc, Marianne s’est donc malheureusement permis de juger Le Politique en reproduisant une intox ou du moins une information gravement incomplète. Voilà bien une situation ennuyeuse pour une publication qui prétend justement dénoncer là une intox.

Pire, sans jamais nous contacter avant de publier, Marianne produit lui-même un « énorme bobard » (3) en tentant vainement d’assimiler Le Politique à l’extrême droite. Bien entendu, et nos milliers de lecteurs de droite comme de gauche comme apolitiques le savent, Le Politique n’est pas d’extrême droite et quiconque cherchera sur notre site un propos haineux repartira bredouille.

Qui plus est, ajoute Marianne, Le Politique bénéficierait d’une audience confidentielle. Dès lors, comment peuvent-ils le savoir sans avoir quelque accès à nos statistiques et à nos logs ?

Comment un site à l’audience présumée confidentielle pourrait avoir mené Emmanuel Macron lui-même à démentir de sa propre initiative ladite rumeur à l’occasion de son dernier passage dans L’Emission Politique diffusée sur France2 ? Comment un site à l’audience présumée confidentielle aurait-il pu mener Le Monde, Capital, Complément d’enquête, Arte, Libération et maintenant Marianne à se liguer contre lui-même et sa « rumeur » présumée (4) ?

Pourtant une publication intéressante et à l’impertinence que nous apprécions, Marianne ne se grandit guère en jugeant Le Politique sur de simples rumeurs reprises par ailleurs et sans aucune vérification auprès des intéressés.

Au fond, ce qui gêne terriblement, c’est qu’un site internet animé par des personnes privées, indépendantes de tout lien politique et financier (5), puissent publier une information de qualité qui vienne perturber l’écosystème confortable, tranquille et habituel. Le débat politique est vital à toute démocratie et Marianne probablement plus que toute autre publication le sait bien.

Pour conclure, l’important ne réside pas dans la fréquentation du site mais dans la qualité de ceux qui le fréquentent. C’est d’ailleurs la grande force de Le Politique (6) sur ce point qui semble en effet en agacer plus d’un.

Annotations

(1) Le Politique a la politesse élémentaire de mettre un lien vers l’article dont nous parlons, ce qui n’est que très rarement réciproque chez ceux qui nous attaquent afin probablement de ne pas donner l’occasion aux citoyens d’aller vérifier par eux-mêmes ni de fournir un backlink à Le Politique.

Cf. “Loyer pour les propriétaires” de Macron : quand Baroin surfe allègrement sur une énorme intox (Marianne, Étienne Girard, 24 mai 2017).

(2) Accuser quiconque vous déplaît de « fake news » semble être devenue la tactique préférée de la gauche et du centre-gauche afin d’éviter tout débat démocratique.

(3) Nous utilisons ici les mêmes mots que ceux employés par Marianne contre nous.

(4) Le Politique n’a jamais lancé ni relayé quelque rumeur que ce soit, mais a osé poser une question traitée majoritairement au conditionnel en seulement 303 mots. C’était apparemment interdit – donc la Liberté d’expression – et Le Politique l’ignorait.

(5) Le Politique n’entretient aucun lien avec quelque intérêt politique et/ou spécial, ne reçoit aucune subvention publique, est totalement indépendant.

(6) Exactement comme En Marche (EM), Le Politique fut la cible de cyberattaques, de dénonciations calomnieuses et de procédés inhabituels pendant la campagne présidentielle.

En complément

Cher François Baroin, tenez bon, vous posez les bonnes questions !

Pourquoi François Baroin a-t-il raison de s’interroger sur un « loyer fictif » ?

En Marche vers la fin du droit de propriété ?

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.