Avec le 1er gouvernement Philippe, Macron neutralise encore plus la droite



La « recomposition » politique voulue par Emmanuel Macron et décrite comme un piège par la droite et le centre se poursuit et constitue un véritable casse-tête politique pour ceux qui voudront la contester.

En effet, les nominations de Bruno Le Maire au ministère de l’économie et de Gérald Darmanin au ministère de l’action et des comptes publiques confient les problématiques économiques – dont l’emploi, la croissance et la fiscalité – à deux hommes issus du parti Les Républicains (LR).

Non seulement le premier ministre Edouard Philippe ouvre donc le gouvernement au-delà de la famille politique d’origine d’Emmanuel Macron à des postes-clefs mais en plus donne-t-il une orientation nettement libérale à la politique économique qu’il entend mener.

Ainsi, Emmanuel Macron prive-t-il la droite et le centre du thème majeur de l’économie en vue des élections législatives de juin 2017.

Autre angle d’attaque majeur avec la nomination d’un ministre des Armées – et non de la défense – en la personne de Sylvie Goulard, et dont on en déduit qu’Emmanuel Macron – constitutionnellement le chef de l’Etat et des Armées – vise à se saisir également des problématiques régaliennes chères à la droite.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.