Les Républicains qui soutiennent Macron n’ont pas tant soutenu Fillon



Depuis qu’Emmanuel Macron a nommé Edouard Philippe au poste de premier ministre, Les Républicains (LR) sont les présumées victimes d’un “dynamitage” politique.

Malgré les avertissements de leur chef de file François Baroin, s’exprime dans les médias une trentaine d’élus LR appelant à “accepter la main tendue de Macron”. Au fond ce n’est guère un hasard puisqu’à ce jour, les mêmes ne devraient pas affronter de candidats de La République En Marche (LREM) dans leur circonscription pour les élections législatives de juin.

Les mêmes ont aussi pour la plupart soutenu Alain Juppé ou Bruno Le Maire à la primaire de la droite et du centre en novembre 2016. Ce sont aussi eux qui ont priés François Fillon – dont ils n’ont jamais vraiment accepté la victoire écrasante à la primaire – de retirer sa candidature à la présidentielle au moment des “affaires”.

Ils ne semblent pas avoir compris au vu des résultats de la primaire, de la manifestation de soutien au Trocadéro et en constatant que beaucoup des dons de campagne furent envoyés au micro-parti Force Républicaine de François Fillon et non au LR que leurs électeurs souhaitent une politique de droite assumée et non une politique de centre-droit comme proposait Alain Juppé.

Ce sont aussi ces élus qui ont accusés Nicolas Dupont-Aignan “d’avoir affaibli la droite au premier tour de la présidentielle” ou qui l’ont qualifiés de “Pierre Laval, de pétainiste” pour son choix certes discutable d’entre deux-tours. Mais au fond peut-on s’interroger sur la différence qu’il y a à rejoindre Emmanuel Macron après que François Fillon ait été “politiquement assassiné” par un “Cabinet noir” qu’il a lui-même dénoncé.

Pourquoi donc ces “ténors” qui se revendiquent de droite appellent alors à accepter la main tendue de celui qui pourrait leur réserver un sort similaire ?

Si la désunion se poursuit, ces Républicains – une minorité – pourraient en effet ne pas avoir à affronter de candidats LREM aux législatives et ils pourraient même obtenir un poste ministériel. Ainsi fourniraient-ils des munitions aux autres partis comme à des candidats tel Henri Guaino qui ont refusés de courber l’échine. Ils prennent aussi le risque d’accentuer le départ de militants, d’adhérents et d’électeurs de droite vers Nicolas Dupont-Aignan par exemple.

Après une victoire construite sur une domination médiatique sans partage, Emmanuel Macron réussirait aussi à dynamiter les vieux partis pour mieux les fusionner complètement en un grand “PSLREM”. Dans ces conditions, qui est aujourd’hui en mesure de fédérer, de maintenir la cohésion et de mener la droite à la victoire ?

Auteur : Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Une réflexion sur « Les Républicains qui soutiennent Macron n’ont pas tant soutenu Fillon »

  1. Je souhaite que M Fillon revienne sur le devant de la scene de LR
    Même s’il veuille pas s impliquer Nous voulons connaître sa position à ce jour Ferranf soutenu par LR Mt Fillon soutenu par LR
    Il faut qu Il revienne ils l’ont tue nous devons le sauver

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *