Les militants de droite semblent plutôt hostiles à Edouard Philippe



Le soutien de l’ancien premier ministre Alain Juppé au premier ministre d’Emmanuel Macron et maire du Havre, Edouard Philippe, déplaît majoritairement au sein des militants de la droite et du centre, plus encore chez Les Républicains (LR).

Alors qu’un nombre significatif reste mécontent du traitement réservé à leur candidat François Fillon pendant la campagne présidentielle, ils sont autant voire plus à critiquer les velléités de « collaboration » de personnalités « de droite » avec le nouveau président Emmanuel Macron.

« Il n’assume rien mais promet tout, avec le cynisme d’un vieux routier, » écrit sur Twitter un soutien de François Fillon qui cite en fait Edouard Philippe décrivant Emmanuel Macron dans le quotidien Libération trois mois auparavant.

Pour beaucoup, Edouard Philippe se dit de droite mais “ne le serait pas,” et pour d’autres sa nomination n’est qu’une manœuvre d’Emmanuel Macron afin de gagner les élections législatives de juin.

Ancienne membre du PS passée à l’UDI, Zohra Bitan écrit qu’il ambitionne de donner des gages à la droite pendant ce mois décisif pour ensuite « passer aux choses sérieuses. » Pire, « en œuvrant à un parti unique face à l’extrême droite, » il pourrait aider l’extrême droite à arriver au pouvoir s’il échouait, ajoute-t-elle.

Pour beaucoup d’autres militants, les mêmes qui n’auraient pas soutenus François Fillon quand il le fallait rejoindraient logiquement Emmanuel Macron. Par conséquent, « puisque Macron veut un premier ministre de droite, offrons-lui le meilleur en votant LR aux législatives », conseille une militante.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.