Les Démocrates n’acceptent toujours pas la victoire de Donald Trump



Le nouveau président Républicain Donald Trump affronte une opposition extrêmement dure de la part des Démocrates qui multiplient les tentatives pour le discréditer.

S’il faut reconnaître que Donald Trump commet parfois de sérieux impairs au regard des mœurs politiques de Washington DC, on constate aussi que tous ceux qui se sont engagés contre sa victoire n’ont pas cessé leurs attaques mais les ont même intensifié.

Le quotidien Washington Post écrit par exemple que le président Trump aurait révélé des informations classifiées au ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov à l’occasion de leur rencontre à la Maison Blanche le 10 mai 2017. Celles-ci aborderaient la menace de l’Etat Islamique (EI) de piéger des ordinateurs portables emportés en cabine d’avions de ligne.

Le problème ne résiderait pas dans la révélation en elle-même mais dans le fait qu’elle proviendrait d’un allié qui n’aurait pas donné son autorisation aux Etats-Unis de la révéler à quelque tiers extérieur et donc à la Russie. Si la crainte exprimée par le Washington Post est compréhensible, ce dernier s’était fermement engagé contre Donald Trump en 2016. Aussi peut-on douter que Donald Trump ait décidé de communiquer une telle information sans l’avis avisé de son expérimenté conseiller à la sécurité nationale HR McMaster.

Autre exemple avec Hillary Clinton qui ne se résout décidément pas à quitter la scène politique puisqu’elle vient de lancer « Onward Together » – que l’on pourrait traduire par En Avant Ensemble ou En Marche Ensemble – et qui vise à soutenir la « résistance » à Donald Trump.

Le problème de fond pour les Démocrates est qu’à mesure que leur critique s’intensifie, leur popularité stagne voire continue à baisser dans la population américaine fatiguée de cette acrimonie. Les Républicains alliés de Donald Trump ne pas populaires non plus mais leur popularité dépasse apparemment celles des Démocrates.

En somme, si Trump-Clinton avait lieu aujourd’hui, Donald Trump pourrait être réélu. L’acharnement ne paye pas mais il continue.

Vous aimerez aussi :

Washington et Capitol Hill, leurs univers impitoyables

Les Démocrates exigent un procureur spécial contre Donald Trump

Le renvoi du directeur du FBI James Comey illustre une crise profonde

Soutenue par 98% des médias, Hillary Clinton s’est surtout vaincue elle-même

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.