Toujours enlisée dans l’austérité, la Grèce va s’y plonger un peu plus



A quelques jours du vote de nouvelles mesures d’austérité, le PIB de la Grèce est annoncé plus faible que prévu malgré les trois plans d’aide consécutifs que l’Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) ont accordés depuis 2010. Aussi pour l’année 2017, si la Commission européenne (CE) abaisse la prévision de croissance économique du pays de 2,7% à 2,1%, le parlement grec pourrait imputer un taux encore plus faible à 1,8% dans son budget de moyen terme.

Malgré la courte majorité de son parti au parlement, le premier ministre Alexis Tsipras espère voter jeudi 18 mai 2017 une nouvelle série de mesures d’austérité permettant à la Grèce de bénéficier d’une nouvelle tranche de prêts internationaux nécessaire pour rembourser ses créanciers. Parmi ces mesures sont prévues une nouvelle hausses d’impôts qui concernera tous les citoyens ainsi qu’une baisse des retraites.

Selon diverses sources, le FMI et la zone euro chercheraient un compromis afin de ramener la Grèce sur les marchés obligataires dès 2018. Dans ce contexte d’austérité continue et de crise sans fin, plusieurs syndicats ont appelé à une grève générale d’au moins 24 heures la veille du vote parlementaire soit mercredi 17 mai 2017.

Vous aimerez aussi :

Tensions accrues sur la dette après surprise de la Grèce

Récession sans fin pour la Grèce

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.