Le Canard enchaîné très bavard sur François Fillon, moins sur lui-même



Le rédacteur en chef du Canard enchaîné Louis-Marie Horeau et le journaliste Hervé Liffran ont été entendus le 11 mai 2017 par la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) dans le cadre d’une plainte de François Fillon pour un article sur les emplois de son épouse Pénélope.

Cet article s’inscrit dans le « Pénélope Gate » qui fragilisa profondément la candidature de François Fillon à l’élection présidentielle dont il fut éliminé au premier tour et en troisième position.

Fondant sa plainte sur l’article L97 du code électoral et actuellement mis en examen avec son épouse, François Fillon entend sanctionner les « fausses nouvelles » et autres « bruits calomnieux » qui furent répandus à son préjudice.

Le Canard enchaîné a notamment écrit pouvoir prouver que Pénélope Fillon fut rémunérée dès 1980 comme « collaboratrice » ministérielle après avoir déjà révélé en janvier 2017 qu’elle fut assistante parlementaire dès 1982.

Si chaque jour il y eut une révélation concernant François Fillon pendant la campagne électorale, la plupart ont semblé se fonder sur des informations obtenues de manière irrégulière et laissant présager une violation présumée du secret judiciaire.

Dès lors de nombreux électeurs s’étonnent sur les réseaux sociaux que le Canard enchaîné ne révèle pas en exclusivité le contenu des entretiens de son rédacteur en chef et de son journaliste avec la BRDP.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.