Les SCPI favorisées par l’Impôt Macron sur la fortune immobilière (IFI) ?



Dans son programme électoral, le candidat Emmanuel Macron désormais élu président de la République proposait de transformer l’Impôt sur la Fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière (IFI). L’idée est de garder le même seuil de déclenchement à 1,3 millions d’euros et les mêmes règles dont l’abattement de 30% sur la résidence principale qu’avec l’ISF. 

Toutefois, placements, liquidités, actions, assurances-vie et tout autre investissement financier ne seraient plus inclus dans le calcul de cet impôt puisque désormais seul le patrimoine immobilier serait taxable d’où le nom IFI. Envisagée à partir de 2019, cette réforme par la création d’un nouvel impôt inquiète les professionnels du secteur qui craignent que les contribuables soit tentés de patienter “pour voir comment ça se passe réellement” avant d’investir.

Point positif cependant, dans le cas où la sortie de la pierre-papier (1) du calcul du nouvel impôt est confirmée, les Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) pourraient grandement bénéficier de la création de l’IFI puisqu’elles seraient imposées comme placement financier et non comme bien immobilier.

Par conséquent, si les prix du marché immobilier ne baissent pas durant le quinquennat Macron, le nombre d’investisseurs immobiliers indirects à travers des produits financiers pourrait croître significativementLe Politique rappelle qu’en 2016 le rendement moyen des SCPI a été d’environ 4,6% brut.

(1) La “pierre papier” désigne couramment les SCPI. Cette image renvoie au fait que l’investisseur détient de l’immobilier sous forme de part (donc du papier) et non pas de l’immobilier en direct (donc de la pierre). On peut donc aussi parler d’ “immobilier papier.”

Vous aimerez aussi :

Avec Emmanuel Macron, hold-up sur les Seniors et Retraités ?

Emmanuel Macron se contredit sur la fiscalité du patrimoine immobilier

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.