La chancelière Angela Merkel rejette un référendum turc sur la peine de mort



Quelques semaines auparavant, l’Allemagne et la Turquie ont connu de vives tensions autour de la campagne de référendum sur le renforcement des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. Selon Le Figaro, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré à la radio WDR qu’elle s’opposera, sur son sol, à ce que les quelques 1,4 millions d’électeurs turcs participent au référendum sur le rétablissement de la peine de mort. Faut-il donc prévoir de nouvelles tensions diplomatiques entre l’Europe et la Turquie ?

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.