Comment la victoire d’Emmanuel Macron est-elle perçue au Maghreb ?



La France pourrait bien avoir enfin trouvé le président qu’il lui faut pour apaiser ses relations avec ses partenaires stratégiques dont l’Algérie, a écrit Amel Benabi pour le site d’information Algérie1.

Rappelant qu’Alger – le gouvernement algérien – a voté Macron en le recevant presque comme un chef d’Etat en février 2017, Benabi estime que « Macron a fait preuve d’un courage politique inédit par rapport aux dossiers chauds de la mémoire. » Le quotidien marocain Le Matin explique clairement qu’Emmanuel Macron a gagné massivement contre Marine Le Pen, représentante de « l’extrême droite » accusée d’avoir abondamment « relayé » des documents internes de l’équipe du candidat.

Pour Ahmed Ghayet de la rédaction d’Aujourd’hui le Maroc, « ceux qui ont sous-estimé Emmanuel Macron, l’enfermant dans le carcan d’un banquier pourraient bien s’en mordre les doigts. » Estimant que l’élection présidentielle française a passionné le Maroc, Ghayet rappelle avoir constaté son « charisme » à l’occasion d’une rencontre à Paris et « senti que les relations franco-marocaines se poursuivraient sous le signe de l’excellence. »

En Tunisie lors d’un entretien avec Express FM, Emmanuel Macron avait promis « de faire venir de grands industriels pour fertiliser la transition démocratique », et « qu’il ferait un effort sur la dette tunisienne vis-à-vis de la France. » Son homologue tunisien Béji Caïd Essebi a déclaré « que sous l’impulsion du nouveau président, la France renforcera davantage son soutien à la Tunisie afin de l’aider à réussir le pari de la démocratie et du développement économique et social. »

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.