La droite recomposée ne gagnera l’alternance qu’à plusieurs conditions



Après une campagne électorale parsemée de doutes et médiatiquement peu loyale, les grandes formations politiques Les Républicains (LR), le Front National (FN) et la France Insoumise (FI) ont unanimement reconnu la victoire d’Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle 2017.

Le Politique en prend donc acte et en déduit que les irrégularités présumées rapportées par un certain nombre d’électeurs ne devaient pas être de nature à remettre en cause le résultat officiel final. Constatant donc la défaite principalement de la droite au sens large et dans toutes ses composantes se pose donc la question de l’avenir d’un pan entier de la vie politique française.

Quand bien même le lendemain est toujours difficile, les élections législatives qui seront difficilement gagnables devraient tout de même constituer une priorité pendant les six semaines à venir. Ne viendra donc qu’après celles-ci, et une fois les rapports de force dûment établis pour cinq ans, l’indispensable réflexion en vue de proposer à terme une alternance politique efficace, fédératrice et surtout gagnante.

Considérant les conditions inhabituelles dans lesquelles s’est déroulée l’élection présidentielle 2017 et étant donné la redistribution profonde des cartes politiques puisqu’une partie significative de la droite et du centre a rejoint Emmanuel Macron, l’affirmation de la droite recomposée comme une simple force d’opposition sera probablement insuffisante.

Il conviendra donc d’étudier comment compenser son absence de relais médiatique de masse, comment se transformer en une force positive et comment réussir à convaincre les Français dans toute leur diversité.

Vous aimerez aussi :

Sans une chaîne d’information sur la TNT, la droite restera très désavantagée

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.