Face à Erdogan, l’Europe ne peut compter ni sur Trump ni sur Poutine



Après sa courte victoire au referendum portant sur 18 modifications constitutionnelles du régime politique turc qui pourraient lui permettre de présider la Turquie jusqu’en 2029, Recep Tayyip Erdogan n’a jamais été aussi fort face à l’Europe.

D’autant plus qu’après les menaces qu’Erdogan a proférées contre elle suite à l’interdiction de plusieurs meetings en soutien du « oui » au referendum, l’Europe se retrouve bien seule.

A l’ouest, le président américain Donald Trump a félicité Erdogan pour sa victoire et l’a remercié de son soutien à l’action des Etats-Unis au Moyen-Orient. A l’est, même son de cloche puisque Vladimir Poutine a également félicité son homologue turc et appelé à maintenir un contact personnel en vue de développer les relations russo-turques.

Presque pétrifié face à Erdogan et craignant qu’il ne casse l’accord qui pourrait envoyer plusieurs millions de « migrants » supplémentaires vers l’Europe, Bruxelles ne doit donc pas compter sur quelque solidarité ni de la part de Washington ni de la part de Moscou.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.