Marine Le Pen et François Fillon misent sur la civilisation et l’identité nationale



Plus encore que l’emploi, l’identité est devenue centrale pour nombre d’électeurs français. Suite aux plus meurtriers attentats qui ont endeuillés la France et alors que la menace terroriste poursuit son développement – elle a encore tué à Londres, Saint-Pétersbourg et Stockholm récemment – les Français s’interrogent sur cette « intégration » qui a échouée.

Privilégiant « l’assimilation » et appelant à lutter contre le « communautarisme » que la République ne reconnaît d’ailleurs pas, les deux droites de Marine Le Pen et de François Fillon misent sur le thème civilisationnel pour animer les cinq derniers jours de leur campagne présidentielle respective.

Pour Marine Le Pen, « l’enjeu de cette présidentielle est un enjeu de civilisation » à savoir « qu’elle met en cause la prospérité, la sécurité et l’identité de notre pays. » Pour François Fillon, « la question de l’identité française est au cœur de l’élection » à savoir que « le totalitarisme islamique nous oblige à opposer des valeurs. »

Le roman national, cette lecture épique de la France éternelle, avec ses exploits, ses drames, ses victoires et ses tragédies, tient plus au cœur des Français que ne l’imaginent nombre de responsables politiques. Sans nécessairement tomber dans le nationalisme brut, les Français tiennent à leur mode de vie, à leurs racines et à leur culture.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.