En coulisses, la Russie pourrait chercher une sortie acceptable sur la Syrie



Selon un ancien chef d’antenne russophone de la CIA et spécialiste de « l’espace soviétique » Scott Uehlinger, le président russe Vladimir Poutine pourrait se rendre compte « que la Russie a plus à perdre qu’à gagner à soutenir le président syrien Bachar Al-Assad. » Maintenant que l’administration Trump s’est mise au travail, « les Russes traitent désormais avec des adultes » estime Uehlinger qui ajoute que l’armée russe pourrait ne pas être en mesure de maintenir simultanément son engagement « en Ukraine et en Syrie ». En somme, la Russie pourrait chercher une sortie acceptable « sans perdre la face. » A Moscou, la colère diplomatique ne faiblit pas.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.