Quel intérêt d’une attaque chimique pour Assad ? demande Dupont-Aignan



« Le régime de Bachar Al-Assad a utilisé des armes chimiques. Ce n’est pas la première fois, en août 2013 il avait déjà gazé sa population, » a déclaré le président de la République, François Hollande, qui estime « qu’il faut aller jusqu’au bout des sanctions. »

Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout La France (DLF) pour l’élection présidentielle, a quant à lui affirmé sur France Inter que s’il était chef d’Etat, il y regarderait à deux fois avant d’accuser le président Syrien Bachar Al-Assad.

Celui-ci est estimé responsable par les pays du G7 de l’attaque chimique ayant été perpétrée le 4 avril 2017 dans la région d’Idlib (Syrie) supposément depuis la base d’Al-Shayrat bombardée par les Etats-Unis dans la nuit du 6 au 7 avril 2017.

Rappelant les « manipulations médiatiques » ayant débouché sur la guerre en Libye ou en Irak, il faudrait « attendre les résultats d’une enquête internationale équilibrée pour savoir qui a procédé à ces frappes, » insiste Nicolas Dupont-Aignan.

Enfin faudrait-il aussi se poser la question, ajoute le Député de l’Essonne, de savoir en quoi Bachar Al-Assad aurait-il pu avoir intérêt à utiliser des armes chimiques sachant très élevé le risque de représailles alors que son armée regagne du terrain.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.