Après un bilan effroyable, le terrorisme semble absent de la campagne présidentielle



Après 240 morts et des milliers de blessés et donc le plus effroyable bilan jamais enregistré en un unique mandat présidentiel pour la sécurité nationale française, le terrorisme semble être excessivement oublié voire occulté dans le cadre de la campagne présidentielle 2017.

Alors que la menace – élevée – perdure et que les victimes souffrent encore, aucun débat profond n’a eu lieu sur cette question fondamentale dont la portée sur l’unité nationale et l’avenir collectif est pourtant significative.

Alors que nous nous évertuons à traiter les effets plus que les causes et que le terrorisme est toujours vif comme on a pu le constater très récemment à Orly, à Londres et à Saint-Petersbourg, tout débat véritable à son sujet semble là encore sciemment évité.

1) Avons-nous suffisamment d’analystes et d’agents opérationnels ?

2) Les peines encourues sont-elles adaptées ?

3) Quelles leçons tirons-nous du fiasco de la « déradicalisation » ?

4) Que faisons-nous et que devons-nous faire pour éviter à tout prix un nouveau Bataclan ou un nouveau Nice ?

5) Devons-nous nous préparer à une attaque non-conventionnelle et/ou d’une létalité très élevée ?

6) Nos infrastructures sensibles – comme les centrales nucléaires, les stocks militaires ou les sites Seveso – sont-elles suffisamment protégées ?

7) Devons-nous renouveler voire renforcer notre effort antiterroriste à l’extérieur ?

8) Que devons-nous faire pour mieux accompagner les victimes et les aider dans l’épreuve qu’est devenue leur vie ?

Voilà autant de questions que les candidats à l’élection présidentielle devraient aborder car sans réponses à celles-ci, prenons-nous collectivement le risque de nouveaux drames et d’une aggravation soudaine de la situation sécuritaire en France. La tactique de débordement et l’objectif de conflagration des terroristes ne sont pas de vaines théories. Quand on veut présider la France, la vie des Français et de la nation doivent être la priorité.

Vous aimerez aussi:

Actuellement moins létale, la menace terroriste augmente

Parler si peu du terrorisme dans la campagne présidentielle est une faute

#Attentat #Stockholm #StockohlmAttack #Terrorisme

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.