Trois mois de plus et Jean-Luc Mélenchon dépasserait Emmanuel Macron ?



Si l’on évalue les rapports de force proportionnelle entre les deux forces politiques que sont En Marche (EM) pour Emmanuel Macron et la France Insoumise (FI) pour Jean-Luc Mélenchon, les Insoumis écrasent les Macronistes. C’est ce qui ressort de l’étude publiée par Le Politique qui évalue les forces numériques et électorales proportionnelles de six candidats à l’élection présidentielle.

Si Jean-Luc Mélenchon représente moins d’intentions de vote dans les sondages (1), il incarne une force politique en mesure de fédérer une partie substantielle – et la plus déterminée – de la gauche soit pendant cette élection soit après. Sa stratégie de possible rassemblement dépendra donc en grande partie de la réussite ou de l’échec d’Emmanuel Macron à la présidentielle.

Avec des meetings pleins, des militants très motivés et un discours plus porteur que la moyenne, Jean-Luc Mélenchon est proportionnellement bien plus fort qu’Emmanuel Macron. Si la campagne durait deux à trois mois de plus et au rythme actuel, la courbe de Mélenchon pourrait même croiser celle de Macron.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, la dynamique actuelle est nettement en faveur des candidats perçus comme les plus « hors-système » à savoir Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. La progression de Jean-Luc Mélenchon, détectée avant les sondages par Le Politique, constitue en quelque sorte un exploit proportionnellement aux moyens présumés de la France Insoumise.

Sans parti-pris politique, on peut dire que Jean-Luc Mélenchon a su capitaliser avec une redoutable efficacité sur l’usage des réseaux sociaux et d’internet en général. Le succès rapide de sa chaîne YouTube en est une parfaite illustration. Reste à savoir maintenant jusqu’où ira Jean-Luc Mélenchon à 19 jours du premier tour, le plus difficile étant comme pour Emmanuel Macron, d’entretenir le momentum.

Selon les données, Jean-Luc Mélenchon en est d’ailleurs plus capable qu’Emmanuel Macron déjà très haut dans les sondages. La marge de progression et/ou d’effritement associée au facteur temps sera donc essentielle.

(1) Nous parlons des sondages publiés dans les grands quotidiens français dans les sept jours précédents la publication de cet article, complété par le sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud-Radio du 4 avril 2017. Ceci n’indique pas pour autant que nous les trouvons nécessairement justes et précis.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.