En Angleterre, la guerre totale contre le diesel a déjà commencé



Chez nos voisins britanniques, nombreux sont les automobilistes mécontents.

Après avoir pendant des années favorisé l’achat de véhicules roulant au diesel, le gouvernement britannique – ou du moins des collectivités locales comme la mairie de Londres – aurait décidé de « sanctionner » l’usage du diesel en faisant payer le stationnement ou l’accès plus cher voire en interdisant tout accès à certaines zones urbaines.

Avec les « no-diesel zones » et des mesures qui touchent près de 10 millions de véhicules, les autorités britanniques espèrent agir efficacement contre la pollution.

Selon les automobilistes, cette « toxin tax » toucherait principalement les familles en précarité économique ou de classe moyenne qui en achetant un véhicule diesel pour économiser sur le budget essence paieront désormais plus cher. Vendre son véhicule diesel pourrait aussi s’avérer une mauvaise affaire puisque la guerre contre le diesel accentue la pression baissière sur le prix de vente des véhicules d’occasion.

Jusqu’à 20 livres sterling (23 euros) par jour dans déjà 35 villes à travers le pays en fonction des conditions environnementales et météorologiques, cette nouvelle taxe est perçue comme un cauchemar financier par de nombreux ménages britanniques.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.