Pour Mélenchon, le top, Macron, le flop



Aujourd’hui a été d’un point de vue politique absolument palpitant et a ouvert des perspectives intéressantes pour le futur politique proche de la France.

D’un côté, avec l’appel des communistes à la discussion entre la France Insoumise (FI) et le Parti Socialiste (PS), Jean-Luc Mélenchon tient là l’occasion unique – de type « maintenant ou jamais » – d’intégrer les socialistes et de recomposer la gauche en une grande coalition.

De l’autre, avec l’intention de vote de l’ancien premier ministre socialiste Manuel Valls en sa faveur, Emmanuel Macron, candidat d’En Marche (EM), risque le sur-place.

En effet, si la migration des poids-lourds socialistes peut sembler une bonne nouvelle, la majorité de la force militante du PS – de l’indispensable colleur d’affiches aux activistes parmi les plus fins connaisseurs de la géographie électorale – devrait rester à Solférino.

Tandis que pour Macron, c’est plutôt Borodino quand le destin balance entre victoire incertaine et retraite meurtrière.

Vous aimerez aussi :

Chez Jean-Luc Mélenchon, la France Insoumise aux sondages

Pourquoi Valls est une mauvaise nouvelle pour Macron ?

Emmanuel Macron et les sondages, une énigme ?

Parti Socialiste et Emmanuel Macron, vers la fusion ?

#Valls #Mélenchon #Macron #PS #Insoumis #EnMarche

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.


Cliquez ici pour soutenir l'indépendance de Le Politique.
Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter.